eesah yasuke le cerf volant

Le talent à découvrir : Eesah Yasuke, coup de cœur du rap français

Notre région Hauts-de-France regorge de talents. Parmi eux, Eesah Yasuke, originaire de Roubaix, rappeuse, chanteuse et compositrice aux multiples influences. Son nom d’artiste est non seulement une référence à son véritable prénom, Isaiah, mais aussi au premier esclave africain devenu samouraï japonais, Yasuke. Le parcours d’Eesah Yasuke a participé à la construction de son talent, qu’elle exploite pleinement aujourd’hui.

Un talent construit (en partie) par son parcours

Les multiples origines sociales et culturelles d’Eesah Yasuke ont participé à construire son parcours musical. A l’âge de deux ans, elle est placée à la DDASS (actuellement l’aide sociale à l’enfance). Elle grandit en foyer, en famille d’accueil et commence l’écriture qui devient alors un exutoire.

Sa formation d’éducatrice spécialisée lui permet de rencontrer des profils variés, faisant parfois écho à ses propres moments de vie et la motivant à aller plus loin. Elle se lance finalement dans la musique grâce à une jeune fille avec qui elle s’est lié d’amitié en foyer, qui croyait en elle.

Eesah Yasuke pour Rappeuses en liberté

Elle passe alors du poème au rap : « L’oralité, c’est autre chose, c’est un autre type d’exutoire. L’écriture est cathartique, mais quand j’ai lu mes premières phrases à l’oral, j’avais des frissons. » Eesah Yasuke pour FranceInfo

Son premier public se crée à la citadelle de Lille, lorsqu’elle croise un groupe de musique, décide de les rejoindre et de poser ses textes. Elle comprend alors que sa musique peut toucher les autres, qu’elle peut partager. Eesah a le déclic, elle gardera contact avec ses musiciens, qui travailleront avec elle pour le titre Hennessy.

Le titre Cadavre Exquis, lui aussi, est né d’une rencontre fortuite, avec son beatmaker. Tout commence par un commentaire sur la publication Instagram de Chief Waxy, pour finalement découvrir que sa mère était la directrice du foyer dans lequel Eesah était, plus jeune. Leur travail a débuté par le texte, pour ensuite y ajouter la production, et donner Cadavre Exquis

Rêver c’est important, on a tous des projets qui sommeillent en nous, il faut juste avoir la force de les sortir des bras de Morphée

Eesah Yasuke

Aujourd’hui, l’artiste travaille intensivement sur la musique, pour tenter d’en vivre. Elle a à cœur de prouver qu’il est possible de concrétiser les choses et « qu’il est possible de sortir d’un cercle vicieux pour arriver à un cercle vertueux ». L’artiste est inspirante, tout comme son parcours. Sa musique offre à penser le monde en grand, et elle assume, fièrement, son vécu.

Une musique inspirante aux divers influences

Jeune, Eesah Yasuke écoute plutôt des musiques africaines, du ndombolo ou de la rumba congolaise. Arrivée au lycée, elle se nourrit des influences rock et métal, parfois électro. Tout au long de son parcours, elle s’inspira également des artistes comme Lauryn Hill, Disiz ou encore Isha, mais aussi Muse ou System of a Down. Elle assume s’être construite au croisement de plusieurs identités, à l’instar du nom qu’elle a donné à son premier EP, Cadavre Exquis : « Je l’ai appelé comme ça parce que je considère que j’en suis un, je suis constituée d’éléments divergents, qui font ce que je suis aujourd’hui, qui forment un tout cohérent. »

Sur son EP, les titres s’enchaînent, à cœur ouvert. Sa musique est brute et offre, en même temps, un espace d’introspection et de réflexion. Les sonorités rap et néo-soul s’associent tout autant à l’argot du Nord qu’au français plus soutenu. Les productions aériennes et sa légère pudeur construisent un songe musical parfois très envoûtant.

Côté texte, nous ne sommes pas en reste non plus. Ses mots donnent une puissance incisive à ses compositions. Ses textes sont parfois mélancoliques, parfois avec beaucoup d’espoir, mais surtout très poétiques. Elle nous partage cet hommage au parcours qu’elle a eu, et notamment sa période en foyer ; mais porte également une ouverture vers l’avenir. Elle-même considère son EP comme une lumière, un regard vers le futur.

Avec un vécu si dense, l’artiste utilise pourtant les mots justes. Dans sa musique, une immense place est donnée à l’écriture, presque plus que la mélodie, car l’écriture est pour elle un refuge, une réflexion sur le dépassement de soi. Eesah souhaite donner un sens à sa musique et porter des messages, comme celui du racisme. Cette thématique l’anime particulièrement, les mots lui viennent naturellement, lui permettant d’exprimer ses ressentis tout en gardant son authenticité. Les événements de sa vie ont renforcé sa revendication, elle prend position, mais reste toujours en accord avec elle-même.

@Eesahofficiel

Parmi ses titres, Sarah Walker est un hommage à Madame C.J. Walker, née Sarah Breedlove, femme d’affaires afro-américaine qui a su s’affranchir des codes sociaux de l’époque, afin de construire son leadership et sa fortune. La musicalité est douce et mélodieuse ; le texte quant à lui fait référence au colonialisme, avec un vent d’espoir et de combativité.

Lors d’un téléconcert pour L’Obs, Eesah Yasuke interprète Teintés avec AI20, sur une production hip-hop jazzy de NUMEROBE. Cette composition est une réponse aux multiplications d’actes racistes. Ensemble, ils déconstruisent les stéréotypes visant la communauté noire : « teintés comme dans Tintin au Congo, t’entends ? Le bruit et l’odeur de ma soul » ; et invitent à porter son attention sur ce qui compte réellement, sur ce que l’on a dans le fond du cœur, sur la musique.

Aucun doute, ses compositions sont poétiques et imagées. Elles font le lien entre le passé et le futur : référence au colonialisme, esclavagisme ; tout en portant un message d’espoir et de dépassement de soi. Les figures de style, assonances et allitérations viennent à point nommé éclairer un texte qui porte un regard vers l’avenir.

L’EP Cadavre Exquis d’Eesah Yasuke est sorti en juin 2021, mais cette fin d’année lui réussit tout autant, puisque nous l’avions retrouvé à l’affiche du Crossroads Festival, qu’elle est finaliste du concours « Rappeuses en liberté » et lauréate du Buzz Booster Hauts de France.

Pour la suite, elle nous promet de s’inspirer de ses influences rock, peut visibles dans son premier EP. Elle souhaite explorer toujours plus de manières de s’exprimer, tout en gardant sa musicalité saisissante et captivante.

Les liens d’Eesah Yasuke :


Cet article vous a plu ? Vous aimez le cerf volant ? Suivez nos réseaux ou faites un don !