L’histoire de l’esclavage dans les colonies françaises : le temps des révoltes

Si la vie des esclaves dans les colonies françaises était difficile (voir partie 1), la topographie des îles permettait aux prisonniers de s’évader et de trouver refuge dans les montagnes. On appelait ces esclaves en fuite des « marrons » (venant de l’espagnol « Cimarron » qui désigne les animaux domestiques qui repartent à la vie sauvage. Charmant…). Ils se mêlaient souvent à la population indigène locale, créant des sociétés à part et menant des actions de guérilla contre les planteurs. 

Les révoltes avaient généralement à leurs têtes des commandants charismatiques, tels que Makandal et Boukman, qui initièrent respectivement les insurrections de 1758 et 1791 à Saint-Domingue. Cette dernière conduisit à une première tentative d’abolition de l’esclavage français.

Le soulèvement de Saint-Domingue

Au XVIIIe siècle, Saint-Domingue était la colonie la plus rentable des Caraïbes ! Au niveau mondial, elle était le premier producteur de sucre, et représentait 60% de la production de café et un tiers de celle de coton. C’était le joyaux de la colonisation française et un important pilier de son économie. La population comprenait environ 50 000 personnes libres (blanches et affranchies) pour 500 000 esclaves. 

Le 14 août 1791, Boukman, un chef marron, appela à l’insurrection lors d’une cérémonie vaudou. Dans la nuit du 22 au 23 août, esclaves et affranchis prirent les armes et initièrent un véritable massacre. Plusieurs centaines de colons et leurs familles furent tués et près de 200 plantations incendiées.

Au cours des affrontements, un affranchi se distingua par sa bravoure et son stratège. Il se prénomme Toussaint Bréda, du nom de la plantation où il est né esclave, et sera connu plus tard sous le nom de Toussaint Louverture. 

L’affranchi devenu général, Toussaint Louverture

En France, la révolution de Saint-Domingue va servir d’argument de campagne, aussi bien aux esclavagistes qu’aux abolitionnistes. L’égalité des hommes étant un principe fondamental de la nouvelle constitution de 1791, le maintien en servitude de millions de personnes dans les colonies est difficile à justifier. 

En attendant que l’État français se décide, les soulèvements insulaires se poursuivent. Finalement, la proclamation de l’affranchissement général des esclaves sera déclarée, unilatéralement, le 29 août 1793 par Léger-Félicité Sonthonax. Trois députés, un de chaque « castes » (noir, blanc, mulâtre) seront envoyés en France, afin d’amener la Convention à ratifier l’émancipation. C’est ainsi que, le 4 février 1794, l’abolition de l’esclavage est entérinée pour l’île de Saint-Domingue, puis élargie à la Guadeloupe et à la Guyane.

Malgré les textes et les beaux discours, l’affranchissement fut compliqué à mettre en place. En effet, comment faire fonctionner une société basée sur l’esclavage sans esclaves ? C’est la question que dut se poser Toussaint Louverture au lendemain de l’abolition. 

Liberté vs Ordre Public

En 1801, Toussaint rédigea une constitution dont l’article 3 stipulait : « Il ne peut exister d’esclaves sur ce territoire, la servitude y est à jamais abolie. Tous les hommes y naissent, vivent et meurent libres et français« . Après l’Emancipation, les anciens esclaves, désormais citoyens français, espéraient pouvoir avoir une terre et cultiver à leur compte.

Néanmoins, la réalité fut toute autre. En effet, l’économie de Saint-Domingue reposait sur la culture des terres. Il était impossible de se débarrasser des planteurs comme ça. Louverture, qui avait lui-même était planteur et avait possédé des esclaves, savait cela. Le héros de la Libération était désormais un politicien, soumis aux réalités économiques de la colonie. Il n’y avait pas d’autres choix pour maintenir l’île à flot. Il fallait que les anciens esclaves, dénommés « cultivateurs » dans la nouvelle constitution, reprennent le travail.

La survie économique de l’île dépend des cultures, notamment de la canne à sucre

Les droits des affranchis restèrent donc partiellement limités, au nom du principe selon lequel la colonie « ne pouvait souffrir la moindre interruption dans les travaux de ses cultures » (art 14). Pour garantir la collaboration des planteurs français, Louverture dut faire des concessions. Les anciens esclaves vont donc être forcés à repartir travailler sur les plantations, dont le propriétaire aura le statut de « père » et non plus de « maître » (art 15). Il n’aura plus le droit de punir ses cultivateurs et des jours de repos seront obligatoires. En contrepartie, les anciens esclaves ne pourront aller travailler dans une autre plantation, ou à leur compte, sans l’accord de leur « père ». Cette restriction de leur liberté de mouvement a pour but de prévenir un manque de maintenance des cultures, qui entrainerait un déclin économique et serait donc contraire à l’ordre public.

La liberté des citoyens de Saint-Domingue est donc relative. Les esclaves, n’ayant connu que la persécution et l’asservissement pendant 150 ans, reproduisent un système proche de celui de leurs oppresseurs et de l’Ancien régime. La religion catholique est la seule tolérée, le divorce est interdit, l’accent est mis sur l’importance de la famille et sur le rôle du père et du bon citoyen. Toussaint se proclame gouverneur pendant « le reste de sa glorieuse vie » (art 28) et choisit lui-même son successeur. Tout cela ressemble fortement au système royaliste, plébiscité par les planteurs. 

En plus de rédiger une constitution pour la colonie, Toussaint Louverture s’assure de la continuité des accords de libre-échange avec l’Angleterre et les États-Unis, met en place un système d’assemblée et fait la guerre à ses voisins espagnols. Ces prises d’initiative et d’autonomie ne plaisent pas au nouveau consul, Napoléon Bonaparte.  

La création de la République d’Haïti

Les positions de Napoléon sur l’esclavage demeurent incertaines. Abolitionniste ou esclavagiste, le futur empereur est avant tout pragmatique. S’il est peu enclin au rétablissement de l’esclavage en 1799, les actions de Toussaint et les pressions du lobby pro-esclavagiste l’ont conduit à reconsidérer la question. 

L’objectif de Bonaparte est d’agrandir son influence dans les Caraïbes et, pour cela, tous les moyens sont bons. Dans les mémoires qu’il rédigera lors de son exil, Napoléon reconnaitra que deux possibilités s’étaient offertes à lui : reprendre le contrôle dans les Antilles en reinstaurant l’esclavage, puis envahir les îles britanniques voisines, ou valider l’ordre établi par Toussaint et utiliser la force militaire des anciens esclaves pour ses propres desseins impériaux. Il finit par choisir la première option et reconnaitra, plus tard, son erreur

Caricature de l’indécision napoléonienne ©V. P. playbacpresse

Le 20 mai 1802, un décret-loi rétablit donc officiellement l’esclavage dans les colonies. Napoléon, ayant anticipé la récalcitrance des anciens esclaves, envoya début 1802 plusieurs expéditions armées dans les Antilles, afin d’y maintenir l’ordre. La plus importante sera la force de 30 000 hommes qui débarquera à Saint-Domingue.

Face à cette armée napoléonienne surentrainée et supérieure en nombre, Toussaint et ses lieutenants pratiquent la politique de la terre brulée : les villes sont évacuées avant d’être incendiées. Cependant, cela ne sera pas suffisant pour ralentir l’armée française. En à peine 3 mois, Toussaint Louverture doit capituler. Il sera déporté en France et décédera le 7 avril 1803 dans sa cellule, dans l’omerta la plus totale. 

Alors que la fièvre jaune fait des ravages au sein du corps expéditionnaire français, les seconds de Toussaint attendent leur heure. Réduite à 8 000 hommes, l’armée napoléonienne ne pourra rien face à la nouvelle vague insurrectionnelle menée par Jean-Jacques Dessalines, ancien lieutenant de Toussaint.

La dernière bataille aura lieu le 18 novembre 1803, à Vertières, et verra la capitulation de l’armée française. Le 1er janvier 1804, l’indépendance de la colonie est proclamée. Elle prend le nom d’Haiti et devient le premier État libre à émerger suite à une révolte d’esclaves

Les conséquences de l’abolition définitive de 1848

Le séisme que provoqua l’indépendance d’Haiti dans les Caraïbes ne se répercutera pas dans les colonies voisines de la Guadeloupe et de la Martinique. Il faudra attendre la deuxième République, et le travail acharné de Victor Schoelcher, pour qu’une seconde abolition soit décrétée le 27 avril 1848.

L’abolition de l’esclavage dans les colonies française en 1848 par François-Auguste Biard

Le texte prévoyait que l’affranchissement général se ferait deux mois après réception du décret par chaque colonie, afin de permettre une transition en douceur pour les planteurs. Cependant, les gouverneurs locaux furent contraint d’annoncer prématurément l’abolition à la Martinique et en Guadeloupe afin de prévenir un soulèvement. L’esclavage fut donc officiellement aboli, dans ces îles, respectivement les 22 et 27 mai. En Guyane et à la Réunion, les délais initiaux furent maintenus, la colonie insulaire étant la dernière à libérer ses esclaves le 20 décembre 1848. 

Si la nouvelle de l’abolition et l’indépendance d’Haïti semblent un pas dans la bonne direction, la libération de millions d’esclaves eut néanmoins un coût. Littéralement.

Ainsi, la nouvelle république haïtienne se retrouva, dans ses premières années de vie, commercialement ostracisée par la France. Les États-Unis isolèrent également la jeune nation de peur que des idées abolitionnistes ne se répandent sur leur sol. Il faudra attendre 1825 pour que le roi Charles X accepte de reconnaitre l’indépendance de la nation haïtienne, sous certaines conditions. 

En effet, la France demanda en échange une compensation financière pour la perte de ses esclaves, le massacre des blancs lors des soulèvements et la perte des plantations par les propriétaires français. Après discussion, la somme de 90 millions de francs fut convenue, soit environ 18,5 milliards d’euros actuels. Pour pouvoir payer, les haïtiens durent contracter des prêts auprès de banques… françaises ! Pour venir à bout de cette somme colossale, de nouveaux impôts vont être levés. La première dette, celle de l’indépendance, sera acquittée en 1883. Cependant, il faudra attendre 1952 pour venir à bout du remboursement des intérêts des emprunts. Soit 127 ans de paiement…

Pour beaucoup de contemporains, l’indemnité imposée par la France a contribué à la pauvreté actuelle d’Haïti. Les revenus annuels de la nation partaient parfois jusqu’à hauteur de 80% dans le remboursement de la dette, au détriment du développement de l’éducation, de la santé et des infrastructures de l’île. 

Haïti doit emprunter pour payer son indépendance

Bien évidement, les esclaves et leurs familles ne reçurent, eux, aucune compensation financière pour des siècles de servitude. Les planteurs des Antilles vont recevoir en revanche environ 126 millions de francs de dédommagements, soit l’équivalent de 4 milliards d’euro. Plus de 20 000 colons blancs quittent l’île de Saint-Domingue entre 1791 et 1804. Ceux qui sont encore présents lors de l’indépendance seront massacrés lors d’une campagne d’épuration ethnique ordonnée par Dessalines. On recense entre 3 000 et 5 000 morts, dont des femmes et des enfants. Cette tuerie impressionne beaucoup en Europe et aux États-Unis et sera également l’une des causes de l’isolation diplomatique et commerciale de l’île pendant plus de 20 ans. 

La diaspora française va s’établir progressivement sur la côte sud des États-Unis, notamment en Louisiane, en Georgie et en Alabama. La majorité des réfugiés va se reconvertir dans la production de coton, rétablissant de nouvelles plantations et rachetant des esclaves pour les faire tourner. Ils vont contribuer à l’essor de cette culture intensive dans les états du sud, qui va passer de 10% à 70% de la production mondiale en 20 ans et qui conduira aux troubles qui secoueront l’Amérique dans le siècle à venir.

Et après ? Les nouveaux visages de l’esclavage

Le décret du 27 avril 1848 va permettre l’affranchissement de 62 000 esclaves à la Réunion, 13 000 en Guyane, 87 000 en Guadeloupe et 74 000 en Martinique. 

Les anciens esclaves vont recevoir le droit de vote, ainsi que l’octroi d’un nom de famille par l’État civil, souvent délibérément ridicule. Une dernière humiliation coloniale. Les cultures vont évoluer et se tourner vers d’autres produits, tels que la vanille. Tout comme pour la première abolition, c’est tout un système sociétal qu’il va falloir réimaginer.

Les planteurs, ne pouvant plus avoir recourt aux esclaves, vont inventer une nouvelle méthode de recrutement : l’engagisme. Dès 1854, travailleurs asiatiques et africains vont ainsi débarquer dans les îles. Voyageant depuis les colonies françaises de Pondichery et d’Afrique, ils sont affectés à une plantation et soumis à un contrat d’engagement pouvant durer plus de 10 ans. Leurs conditions de travail sont proches de celles des anciens esclaves et, bien qu’ils reçoivent un salaire, leurs droits dans la colonie sont limités.

Travailleurs supposément volontaires, beaucoup ont en réalité été raflés près de leurs villages, la traite humaine continuant ainsi officieusement à fonctionner. Bien qu’ils soient libres de retourner dans leurs pays à la fin de leurs contrats, la plupart des engagés s’installent dans les îles et établissent des communautés, conduisant à un brassage culturel. En 1933, on dénombre ainsi 200 000 engagés indiens à la Réunion. Leur présence va aider à façonner une nouvelle identité et société post-coloniale. L’engagisme va perdurer jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. 

Fête des travailleurs indiens. Louis Antoine Roussin, Paul Eugène Rouhette de Monforand ; d’après A. Léon. 1998. Lithographie.

Ainsi, même si l’esclavage a été officiellement aboli, il semble toujours y avoir des moyens de contourner cette interdiction. Que ce soit en décrétant le travail forcé conforme à l’ordre public, ou en « engageant » des étrangers, ou encore, de nos jours, en usant de la mondialisation. Selon l’organisation internationale du travail, il y aurait 40 millions de personnes réduites en esclavage à travers le monde, la plupart en Inde et en Chine. Des pays auprès desquels la France importe des produits…

Quand, au XVIIIe siècle, une personne mettait du sucre dans son café, avait-elle conscience du véritable prix de son geste ?  En a-t-on nous même conscience aujourd’hui ? Il y a-t-il finalement réellement une fin à l’esclavage ? 

Pour aller plus loin : 


Cet article vous a plu ? Vous aimez le cerf volant ? Suivez nos réseaux ou faites un don !