utopia lille3000 le cerf volant

Utopia et lille3000 : l’histoire d’une grosse machine

C’est l’événement de l’année dont tout le monde parle à Lille. Organisée par l’une des plus grandes et influentes associations lilloises et prochainement visible dans de nombreux lieux de la métropole, la nouvelle saison de lille3000, Utopia, débute bientôt. On vous propose donc aujourd’hui de revenir sur les traces de lille3000, de la thématique de l’année et de ses dérives.

lille3000, romance d’un projet culturel

L’histoire commence en 2004, lorsque la Ville de Lille devient capitale européenne de la culture. Cette désignation permet l’émergence de projets culturels sur la ville et sa métropole, et a notamment laissé des traces, comme les maisons Folies ou Les Tulipes de Shangri-La de Yayoi Kusama sur l’Esplanade François Mitterrand.

Cet engagement s’est poursuivi avec l’association lille3000 et son souhait « d’explorer les cultures et les problématiques de notre monde, tout en nous projetant vers la création contemporaine, l’innovation et le futur ».

Effectivement, le projet se positionne sur les questionnements qui inspirent l’humain et le monde, les visions du futur, ou encore l’avant-garde. Par exemple, en 2015, le projet Textifood développe des micro-organismes du secteur agroalimentaire permettant la création de matières textiles.

Tous les deux ou trois ans l’association propose de grandes éditions thématiques. La première se déroula en 2006, avec Bombaysers de Lille. Elle se poursuivit en 2009, avec Europe XXL, jusqu’à Eldorado en 2019, et finalement Utopia en 2022. Ces différentes thématiques ont largement participé à la mise en lumière de la culture et de l’art en permettant la création d’une centaine d’œuvres.

La saison 2019 de lille3000, Eldorado

En dehors des grandes éditions thématiques, lille3000 continue d’œuvrer via des expositions (Colors, etc. ou Ola Cuba ! au Tripostal) et des événements à la Gare Saint Sauveur.

2022, Utopia, nature et vivante

La saison 2022 de lille3000 est consacrée à la nature et au rapport de l’humain à son environnement. Au programme : installations, métamorphoses urbaines, expositions, projets participatifs, ateliers, randonnées découvertes festives, projections, conférences, débats, spectacles, fêtes, et surtout la grande parade d’ouverture du samedi 14 mai. Plus de 35 expositions sont à découvrir dans toute la région Haut-de-France et plus particulièrement sur la Métropole Européenne de Lille.

Cap sur les rando artistiques. Ces randonnées, appelées les « Caps », se déroulent sur des week-ends et permettent de découvrir le territoire de la métropole et de la région. Celle du 20 mai par exemple, arpente les quais lillois et se ponctue de propositions artistiques : inaugurations d’œuvres, DJ sets, spectacle vivant, notamment en extérieur, danse et percussions, mais également de nombreuses propositions autour de l’eau.

Les métamorphoses urbaines s’emparent de Lille. Au détour d’un monument ou d’une rue, laissez-vous surprendre par des œuvres à grande échelle posée à même le sol dans l’espace public.

The Hatchling, de Joanna Rajkowska au Musée de l’Hospice Comtesse

Au Musée de l’Hospice Comtesse, c’est une sculpture de Joanna Rajkowska, intitulée The Hatching, qui vous intriguera. Cet œuf de merle saura surprendre vos oreilles avec les sons d’une éclosion enregistrées par des ornithologues : battements de cœur, craquement de coquille et premiers gazouillis. La fragilité d’un moment si intime de la biodiversité face à la grande ville de Lille amène à se questionner sur la place de la nature dans le monde.

Les expositions rythmeront l’été. Préparez vos agendas parce que vous ne risquez pas de vous ennuyer cet été. Avec une trentaine d’expositions jusqu’au mois d’octobre, la région sera rythmée par la nature et le vivant.

Exposition Le Jardin d’Eden, Maison Folie Wazemmes

En utilisant les nouvelles technologies au service de la flore, l’exposition Le Jardin d’Eden fait rayonner des lieux transformés en « laboratoire artistiques ». Dépaysant, ce projet initié par Siegrid Demyttenaere et Sofie Lachaert, commissaires, s’anime autour de différentes formes et textures et fait appel à nos sens.

La maison Folie Wazemmes invite en effet le public à voir à travers un champ de fleurs nocturnes luminescentes. La maison Folie Moulins propose d’écouter les sons atmosphériques d’un décor immersif. À l’église Sainte-Marie-Madeleine, Peter de Cupere fait appel à votre nez pour vous guider vers une sculpture olfactive.

La parade, grande ouverture. Comme pour chaque édition, la saison lille3000 débutera par une fête d’ouverture. De midi à minuit, l’univers féerique et psychédélique d’Utopia s’offre à nous. Cette année, nouveauté, la fête sera immersive et participative. Des artistes ont été spécialement invités pour l’ouverture et vous feront découvrir leur univers dans trois espaces, les Stations Place François Mitterrand, Place du Théâtre et Grand’Place ; et sur plusieurs temps forts : défilé de mode, jardin féerique, bal costumé, dancefloors, friperies et marché de créateurs, concerts à ciel ouvert, ateliers d’initiation maquillage et coiffes végétales… Laissez-vous surprendre.

Affiche de la parade Utopia de lille3000

Quant à la grande parade tant attendue, elle débutera à 19h30 de la rue Faidherbe. Des chars, des danseurs, des structures gonflables, des compagnies de spectacle vivant, des musiciens et des géants déambuleront dans les rues de Lille et finiront sous les lumières d’un grand feu d’artifice sur l’Esplanade du Champ de Mars.

lille3000, réflexions autour des dérives

Déjà en 2019 pour Eldorado, l’association lille3000 avait fait parler d’elle sur les questions de territoire, de financement et d’écologie. Cette dernière saison tournait autour du Mexique, ce qui avait sûrement ravi les curieux et les communautés latino-américaines, mais déçus bon nombre d’habitants de différentes origines et cultures se demandant « à quand notre tour ? ».

Utopia sera l’occasion de mettre en valeur ce qui fait la richesse des villes de la métropole. 

lille3000

Rappelons qu’en 2021, les immigrés représentaient 10,3% de la population totale et que, sur cette part, 47,5% sont nés en Afrique (source : INSEE). Pourtant, que sait-on de cette culture ? Lille regorge de talents, d’artistes et d’associations. Comment peut-on construire un événement à ce point à côté des réalités du territoire ?

Affiche d’un événement de l’association Sud Nord Evolution

S’auto-centrer n’est pas non plus une solution. La culture nous ouvre vers un autre regard, et permet de dépasser ses propres frontières pour ainsi dépasser les préjugés (ce n’est certainement pas le cerf volant qui dira le contraire). Les paillettes et les cotillons de lille3000 permettent-ils la connaissance mutuelle ? N’y a-t-il pas urgence à connaître celles et ceux qui habitent à côté ?

Pour l’urgence climatique, peut-être que la nouvelle saison nous permettra d’en prendre davantage conscience, sauf que… pas forcément. Quand Martine Aubry déclara : « nous voulons mettre en avant la transition écologique », nous, ici, on trouve que ça manque un chouilla de transparence et d’engagement. Surtout lorsqu’on regarde de plus près les partenaires : Auchan et Euralille, temples de la consommation ; Rabot Dutilleul et Bouygues, constructeur ou destructeurs ? ; ou encore La Caisse d’Epargne, qui soutient « le développement d’activités controversées aux quatre coins du monde ».

Economiquement, la vie culturelle lilloise vit au rythme de lille3000 pendant plusieurs mois. Au point où même une simple braderie, une fête au village, ou Tourcoing plage se sont mis au diapason. Les Latitudes Contemporaines, Wazemmes accordéon, Les Fenêtres qui parlent… tout est revendiqué par Utopia, alors vous prenez le train en marche ou vous restez en gare. Mais pour la deuxième option, on vous souhaite bien du courage car, en face, il y a lille3000, plus grosse association culturelle lilloise, récoltant la majorité des subventions, mais fonctionnant sur un système économique très bancale.

Plus d’info ici, ici et ici

Du côté de la rédac du cerf volant mag, on continuera de mettre en lumière les projets qui ont du sens écologiquement et humainement. On ne se privera pas des festivités pour autant, mais on continuera surtout de profiter de tout ce que Lille a à nous offrir. L’idée n’est pas d’étouffer les projets culturels – qui permettent tout de même de mobiliser toute une ville et de nous faire découvrir une grande richesse culturelle – mais plutôt d’y aller en pleine conscience et pourquoi pas faire bouger quelques lignes. D’ailleurs, la semaine prochaine, on vous en dit un peu plus sur le festival Tutopia.

Pour les intéressé·es d’Utopia, ça se passera du 14 mai au 2 octobre 2022, dans différents espaces de la Métropole et de la région. Jetez un coup d’œil à leur site pour la programmation plus précise.

Image de couverture : Les Minitos de Jean-François Fourtou


Cet article vous a plu ? Vous aimez le cerf volant ? Suivez nos réseaux ou faites un don !