charles royauté anglaise histoire

Charles I et II : le duo de choc !

Jeudi dernier, suite au décès de sa mère la reine Elizabeth II, le prince Charles est devenu roi du Royaume-Uni. Comme le veut la tradition anglaise, il s’est choisi un nom officiel de souverain, Charles III.

Le nom d’un nouveau monarque illustre son lien avec ses prédécesseurs et renforce sa légitimité. Quel héritage des deux précédents Charles le roi d’Angleterre actuel a-t-il donc reçu ? Étaient-ils de bons souverains ? Quelle marque ont-ils laissé dans l’Histoire de la monarchie anglaise ?

La dynastie des Stuart

Charles I et Charles II sont tous deux issus de la lignée des Stuart. Celle-ci est notamment réputée pour avoir succédé à la maison Tudor et pour avoir uni les couronnes d’Écosse et d’Angleterre.

Merci à wikipédia, je ne me sentais vraiment pas de faire l’arbre généalogique…

En 1603, quand la reine d’Angleterre Elizabeth I décède sans héritiers directs, c’est son cousin, le roi d’Écosse Jacques Stuart (« James » en anglais) qui est amené à lui succéder.

Jacques I au chevet d’Elizabeth qui se meurt, par Paul Delaroche (1828)

Le règne du premier roi Stuart (1603-1625) est notamment marqué par la montée du puritanisme protestant et par le renforcement du pouvoir parlementaire.

En effet, contrairement au parlement écossais qui disposait de peu de prérogative, le parlement anglais s’est progressivement imposé comme un véritable contre pouvoir. Si le roi souhaitait lever de nouvelles taxes afin de financer ses guerres, ou son train de vie dispendieux, il devait désormais convoquer le Parlement afin d’avoir son accord. En échange, les députés, composés de Lords et de propriétaires terriens, profitaient de la dépendance du roi à leur égard pour faire passer des réformes qui leur étaient favorables.

Jacques I, qui avait pris l’habitude de ne pas trop regarder à la dépense, se heurta régulièrement au bouclier parlementaire. Il initia un bras de fer qui se poursuivra et ternira les règnes de son fils Charles I, et de son petit-fils, Charles II.

Charles I : le roi sans tête

Né en Écosse en 1600, Charles n’était pas destiné à régner. Dernier de la fratrie, et de constitution fragile, il accédera néanmoins au trône dès 1625. Digne fils de Jacques I, il ne lui fallut pas longtemps pour se mettre le Parlement à dos…

Les tensions commencèrent dès le début de son règne lorsque le jeune souverain, de confession protestante, prit pour épouse Henriette-Marie de France, sœur de Louis XIII et fervente catholique. Dans un pays où le pire cauchemar de la noblesse était le retour d’un roi catholique sur le trône, autant dire que les Lords anglais tiraient la gueule à la noce…

L’inimité entre le roi et les députés continua de croître, alimentée par les guerres coûteuses du souverain et le vote de nouvelles lois visant à encadrer ses pouvoirs militaires et fiscaux. Au point qu’en 1629, lassé par l’opposition parlementaire, Charles I décida de tout simplement dissoudre le Parlement de manière permanente. Il entreprit alors un règne personnel qui allait durer 11 années (période que certains historiens qualifièrent de « onze ans de tyrannie« ).

Mec qui a réussi à foutre en l’air six siècles de monarchie anglaise en s’accrochant à ses principes (Antoine van Dyck, 1630)

Néanmoins, lorsqu’une révolte éclata en Écosse et que de nouveaux impôts furent nécessaires afin de financer la répression, Charles fut contraint de convoquer un nouveau Parlement. Les députés en profitèrent pour faire voter plusieurs réformes destinées à encadrer les pouvoirs de convocation et de dissolution du souverain, mais cela n’eut que peu d’effet sur Charles. Il resta convaincu de son droit divin et de la supériorité de son pouvoir sur le Parlement. Son refus du compromis conduisit à une lutte ouverte entre les royalistes et les parlementaires et plongea le pays dans la guerre civile.

En 1649, les forces parlementaires, menées par Oliver Cromwell, vainquirent les royalistes et Charles I fut condamné à être décapité.

Contrairement à Nick, la tête de Charles roula dès le premier coup

La monarchie laissa place à la République du Commonwealth et Oliver Cromwell fut désigné « Lord Protecteur ». En parallèle, les royalistes fidèles aux Stuart célébrèrent l’avènement du fils exilé de Charles I, Charles II d’Angleterre.

Oliver Cromwell contemplant le corps du roi Charles I (on lui a recousu la tête après décapitation pour que ça fasse plus propre)

Charles II : le roi sans retenue

Né en 1630, Charles II fut contraint de fuir avec sa famille lors de la première guerre civile anglaise (1642-1646). Exilé en France puis aux Pays-Bas, le jeune prince assista, impuissant, à la défaite des troupes royalistes et à l’exécution de son père. Ses premiers pas en tant que roi d’Angleterre s’effectuèrent donc en distanciel.

Pas facile le télétravail à l’époque

Soutenu et adoubé roi par les Écossais, Charles II tenta de récupérer le trône d’Angleterre durant une troisième guerre civile (1650-1652). Oliver Cromwell remporta la victoire et l’Écosse fut absorbée par le Commonwealth. Charles, qui échappa de peu à la capture, décida alors de prendre son mal en patience et de profiter de l’hospitalité de son cousin, Louis XIV. Il mena une vie faste, produisit une descendance illégitime nombreuse et claqua environ 21 000€ par mois au frais des contribuables français (Charles, rend l’argent !).

En 1658, Oliver Cromwell décéda. Son fils Richard lui succéda mais, dépourvu de l’expérience politique et militaire de son père, fut contraint de se retirer à peine un an plus tard, ouvrant la voie au Retour du Roi.

La restauration de la monarchie se fit progressivement. Une longue négociation avec le Parlement aboutit à la Déclaration de Breda par laquelle Charles II s’engagea notamment à pardonner à ceux qui s’étaient alliés aux parlementaires lors des guerres civiles.

Le 29 mai 1660, jour de ses 30 ans, Charles II arriva à Londres. Il tint les promesses faites dans sa Déclaration, mais fit exécuter néanmoins 12 personnes, dont des régicides, et le corps d’Oliver Cromwell fut déterré et pendu. Un poil rancunier tout de même.

Mec cool, mais qu’il faut pas trop chercher quand même (par John Michael Wright)

On aurait pu penser qu’après ce qui s’était passé avec son père et son grand-père, Charles II aurait fait preuve d’un peu de sobriété et de flexibilité. Que nenni ! Les anglais puritains virent débarquer un roi aux mœurs libertines, aux goûts dispendieux et à l’égo surdimensionné. Bref, une copie conforme de Louis XIV… Il laissa rapidement l’exercice du pouvoir à ses conseillers afin de se concentrer sur ses deux passions : les femmes et le théâtre.

Si l’attitude débauchée de Charles fut au début tolérée, une série de catastrophes conduisit à renverser la popularité fragile du jeune souverain. En effet, entre 1665 et 1667, Londres fut frappée par une épidémie de peste (décès de 15-20% des habitants), un incendie (un quart des londoniens se retrouve sans logement) et une attaque de la flotte néerlandaise. Il n’en fallait pas plus pour que la population voit dans ses désastres un châtiment divin à l’encontre de leur souverain.

Les relations entre le roi et le Parlement furent également aussi tendue que sous les règnes précédents. Bien que plus raisonnable que son père, Charles II ne restait pas moins convaincu de la légitimité de son pouvoir absolu. Il continua ainsi la tradition familiale de dissoudre le Parlement dès qu’il n’allait pas dans son sens et entreprit lui aussi, avec le soutien financier de Louis XIV, une période de règne personnel.

Juste avant son décès, à l’âge de 54 ans, Charles II se convertit au catholicisme. Son frère lui succéda sous le nom de Jacques II et devint le premier roi officiellement catholique de la lignée Stuart. Après 60 ans d’instabilité sous les règnes des deux Charles, le pire cauchemar des Lords anglais s’est réalisé…

Charles III : le roi sans pression

Autant dire que, après les deux désastres que furent Charles I et Charles II, le règne de Charles III devrait plutôt bien se passer. Le pouvoir parlementaire a continué à croitre au cours des règnes des derniers Stuart jusqu’au système actuel où le roi n’est qu’un représentant de la nation sans aucun poids politique.

Par Camile Vanveerdeghem

De plus, Charles III a passé 70 ans de sa vie en tant que stagiaire auprès de sa mère. Autant dire qu’il doit aussi bien connaitre les codes de la photocopieuse que les rouages du poste de souverain anglais.

Mais saviez vous que Charles III n’est pas le premier roi anglais à avoir porté ce nom ? Un autre Charles III a déjà vécu, sans régner, au XVIIIe siècle. Descendant de Jacques II Stuart, il est né en exile et a tenté de reconquérir le trône d’Angleterre grâce au soutien de la France et de l’Écosse. Comme les autres Charles, il croyait en son pouvoir divin et avait une certaine prédilection à s’attirer des emmerdes. Mais pour en savoir plus, il vous faudra revenir la semaine prochaine !


Cet article vous a plu ? Vous aimez le cerf volant ? Suivez nos réseaux ou faites un don !